Oeuvre poétique – Alejandra Pizarnik

Après Textes d’Ombre, je continue la lecture de cette poétesse argentine en empruntant à la bibliothèque ce volume épuisé chez Actes Sud. L’objet livre tout d’abord attire l’attention par le rose de sa couverture et sa forme allongée. Je suis forcée de noter tout de même qu’il n’atteint pas physiquement la qualité des publications d’Ypsilon. Ce premier constat est l’occasion de remarquer le travail des typographes et éditeurs et l’impact qu’il a sur la lecture d’un texte poétique. Le livre d’Actes Sud étant plus dense et moins aéré, je perds en confort de lecture et m’attarde moins sur les mêmes mots qui m’avaient bouleversés chez Ypsilon.

La traduction ensuite, ici Silvia Baron Supervielle er Claude Couffon se partage les huit recueils composant l’édition. Je ne m’attarderai pas sur ce point, si ce n’est que quoique ponctuellement différente, la traduction est très globalement similaire, pour un même poème, à celle d’Étienne Dobenesque pour Textes d’Ombre. Je constate également qu’Oeuvre poétique, contrairement à ce que son titre laissait présager n’est pas tout à fait exhaustif. Plusieurs textes inédits ont été intégré dans l’édition d’Ypsilon que je ne retrouve pas ici. Les éditeurs n’ont pas non plus fait les mêmes choix dans l’ordonnancement des poèmes.

Parlons poésie maintenant. Une fois encore, les vers d’Alejandra Pizarnik me saisissent. J’ouvre le livre au hasard :

un trou dans la nuit
soudain envahi par un ange

Et c’est bien ainsi que j’aime lire Pizarnik, au hasard des pages, m’emplir des vers, des mots. Du temps suspendu, du temps triste, de l’espace sauvé. Chaque ligne est une surprise, une course arrêtée dans mon quotidien, et chaque fois la même émotion. Presque systématique.

Quelqu’un mesure en sanglotant
l’étendue de l’aube.
Quelqu’un poignarde l’oreiller
en quête de son impossible
place de repos.

A trop lire Alejandra Pizarnik, je suis facilement envahie par une profonde mélancolie, triste et parfois désespérée. A lire quatre vers de manière impromptue, je m’attache d’avantage aux espaces ouverts. Je suis rassérénée.

Tous les recueils n’ont pas la même tonalité, le rapport à l’Autre, s’il est toujours présent n’est jamais autant développé que dans Textes d’Ombre. Le vide, l’impossible, l’inaccessible, le « presque là » sont autant de notions récurrentes et justement dites. L’exil, la mort, les fleurs, le vent. A tout lire d’affilée, j’en perd l’empreinte propre à chaque recueil.

Voilà qui m’incite à posséder ces vers et à retourner en librairie, puisqu’il me faudra bientôt rendre ce livre emprunté et épuisé. J’ai hâte de relire ces poèmes cette fois soigneusement composés et imprimés, séparément, par Ypsilon.

Challenges concernés
(cliquez sur les images pour les détails)

Challenge Poésie 2014-2015

Publicités

6 réflexions au sujet de « Oeuvre poétique – Alejandra Pizarnik »

  1. Ariane L

    Le travail que fait Ypsilon est effectivement remarquable. Et j’ai moi aussi tendance à préférer lire des recueils séparément plutôt que dans une édition intégrale, car, comme tu le dis, je trouve qu’on finit par ne plus savourer les textes avec autant d’attention. Bref, je n’avais pas oublié cette auteure, et une fois de plus, tu me donnes envie de la découvrir !

    Aimé par 1 personne

    Répondre
  2. eveyeshe

    belle critique. je ne connaissais pas cette auteure donc je prends note.
    je savoure les poèmes vraiment avec « lenteur » j’aime rester sur un texte et le savourer, le lire plusieurs fois, donc j’ai du mal à écrire un commentaire quand il s’agit de poésie je le reconnais, donc je n’en ai encore fait aucun par peur de passer à côté…

    J'aime

    Répondre
    1. Moglug Auteur de l’article

      J’ai beaucoup de mal aussi. J’ai été marquée par plusieurs poètes l’an dernier (cf. mes coups de coeur 2014) mais je n’ai écrit aucun article sur eux. Je le regrette un peu et j’essaie d’y remédier cette année, mais cela reste un exercice très difficile. La preuve pour ce recueil je parle d’avantage de l’édition et de la mise en forme que du contenu. Je me dis qu’en m’y exerçant régulièrement j’arriverai peut-être à formaliser ce que je ressens en lisant certains textes poétiques… mais ce n’est vraiment pas évident. En tout cas j’ai découvert Alejandra Pizarnik et je ne peux que la recommander encore et encore, j’aime vraiment beaucoup ses textes !

      Aimé par 1 personne

      Répondre
  3. Lili

    Merci pour la découverte de cette poétesse que je ne connaissais absolument pas. Les textes que tu cites m’inspirent beaucoup.
    Je suis ravie de lire régulièrement de la poésie sur ton blog. C’est un genre littéraire souvent délaissé par les blogueurs/euses littéraires (mais compliqué à chroniquer aussi, il faut dire), et c’est bien dommage. Quel plaisir que celui de la poésie !

    J'aime

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s