Archives du mot-clé Zulma

Le garçon – Marcus Malte #MRL16

LeVieuxJardinAW+Ce livre m’a impressionnée et fortement renvoyée aux grands classiques du XIXe siècle. Par sa forme, notamment, en nous invitant à suivre l’évolution d’un personnage central, de son enfance à sa mort. J’ai pensé assez rapidement à L’éducation sentimentale d’un certain Flaubert pour la dimension initiatique, mais aussi et surtout à L’homme qui rit de Victor Hugo, œuvre majeure de ma vie de lectrice. Les échos sont nombreux entre l’enfant trouvé et déformé que l’on nommera Gwynplaine et le garçon sans voix de Marcus Malte, entre Ursus et Brabek, entre Homo et le cheval, entre les amours quasi incestueux des uns des autres, et puis Mazeppa… Plus j’y pense, plus la liste des similitudes s’allonge. Face à ce monument littéraire, Le garçon revêt une identité propre, moderne, en intégrant à la fois les codes des classiques du 19e siècle en commençant par ceux du libertinage, et les maux du XXème, la guerre, l’absurde, l’errance. Jusqu’au mythe de Sisyphe brillamment remis au goût du jour.

Je me sens toute petite et stupide à trop vouloir vous transmettre ce que j’aime de ce roman : à la fois son étonnante cohérence, sa complétude et l’immense variété des styles, des genres littéraires et des sujets abordés, et cette profonde humanité du garçon sans nom et surtout sans voix, qui a aucun moment ne semble en capacité d’exprimer lui-même ce qu’il vit. Le garçon renvoie aussi à ce qu’il reste de l’homme lorsqu’il est privé d’expression verbale.

Une lecture commune avec : Hélène,  Noukette, Asphodèle.

D’autres avis : Yvan, ClaudiaLucia, Zazy, Kathel, Pr Platypus, Yv, LiliGalipette


Le garçon – Marcus Malte
Zulma, 2016, 534 p.


Challenges concernés

#Matchs de la Rentrée Littéraire 2016

Challenge Multi-défis 2016 : Un livre pioché au hasard dans votre PAL

photo-libre-plan-orsec-2

Premières lignes… #21

Même l’invisible et l’immatériel ont un nom, mais lui n’en a pas. Du moins n’est-il inscrit nulle part, sur aucun registre ni aucun acte officiel que ce soit. Pas d’avantage au fond de la mémoire d’un curé d’une quelconque paroisse. Son véritable nom. Son patronyme initial. Il n’est pas dit qu’il en ai jamais possédé un. Plus tard, au cours de l’histoire, une femme qui sera pour lui sœur, amante et mère, lui fera don du sien, auquel elle accolera en hommage le prénom d’un célèbre musicien qu’elle chérissait entre tous. Il portera également un nom de guerre, attribué à l’occasion par les autorités militaires en même temps que sa tenue réglementaire d’assassin. Ainsi l’amour et son contraire l’auront baptisé chacun à sa façon. Mais il n’en reste rien. Ces succédanés aussi seront voués à disparaître à la suite de cette femme et de cette guerre et de l’ensemble du monde déjà ancien auquel elles avaient pris part. Qui le sait ?
Pour peu qu’on daigne y croire, l’unique trace de son passage qui subsiste est celle-ci.

Le garçon – Marcus Malte [incipit]

La condition magique – Hubert Haddad

Voilà bien longtemps que je ne m’étais pas laissée guider par le hasard dans mes choix de lectures : aucun conseil de libraire, d’ami ni même de blogueur. Une simple couverture Zulma en évidence sur une table de la librairie Terre des livres, un format poche, pas même une nouveauté, ni le moindre petit mot pour attirer l’œil. La quatrième de couverture rehaussée de superlatifs et autres adjectifs grandiloquents : richissime, extravagant, himalayens, quête d’absolu, foisonnant, vertigineux…
Des personnages tape-à-l’œil : jeune et fragile étudiante, beau ténébreux endeuillé et incompris, universitaire blasé. Rien n’aurait dû les rassembler mis à part la fantaisie de leur auteur.

Si j’ai, dans un premier temps, accroché au style de l’auteur et aux descriptions des sommets du toit du monde ouvrant le récit, si j’ai été intriguée par les dérives désespérées de Marghrète, j’ai aussi rapidement perdu le fil de ces histoires banales et décousues qui auraient voulu trouver leur sens sur les cimes himalayennes. Entre l’introduction et la conclusion sommitales se déroule un ennuyeux quotidien intellecto-universitaire mêlé d’allusions à Descartes et d’abus sectaires peu crédibles dont je suis finalement restée très distante.

Je garde de ce livre un arrière-goût de traîtrise : j’en attendais beaucoup et l’écriture sophistiquée me faisait miroiter un scenario exigeant et cohérent. J’hésite à tenter l’aventure une seconde fois.

Avez-vous lu et aimé un livre de Hubert Haddad ? Si oui, lequel et pourquoi ?


La condition magique – Hubert Haddad
Zulma, 2014, 281 p.
Première édition : 1997


Lucia Antonia, funambule – Daniel Morvan

Cette petite perle, j’ai attendu bien trop longtemps pour la lire. Les libraires de L’Esprit Livre m’en ont parlé plusieurs fois à sa sortie l’an dernier. Ils ont même invité l’auteur, m’y ont convié comme beaucoup de leurs lecteurs, et je ne sais quelle idée stupide a fait que j’ai trouvé mieux à faire ce soir là. Ce n’est qu’en tombant par hasard sur cette couverture des éditions Zulma sur les présentoirs de la bibliothèque que je me suis dit « ah mais oui au fait ! ». Du coup, j’ai un peu honte : un libraire me conseille une perle et je m’en vais l’emprunter ailleurs… Je suis la première à en pâtir : il me faudra rendre ce livre samedi, et je n’en ai pas envie !

Lucia Antonia, funambule se présente comme la compilation de quatre carnets intimes, ceux de Lucia Antonia justement. Cette dernière a perdu sa compagne de fil lors d’un accident mortel. Elle décide alors de quitter la troupe du cirque pour se retirer dans un village en Bretagne.

Entre souvenirs de sa vie itinérante et récit au présent, la funambule nous embarque sur ce drôle de fil tendu au-dessus du vide, entre désespoir et élans vers l’avenir, elle oscille… Les chapitres, d’une ligne à un peu plus d’une page, se lisent chacun comme un texte poétique à part entière. Le décor sur fond de marais salants se prête aux plus belles métaphores qui soient sur la vie me semble-t-il. S’il n’était un roman, Lucia Antonia, funambule pourrait se lire comme un recueil de poèmes. Une très belle introduction à la poésie en prose pour ceux qui n’y sont pas habitués, un très beau roman pour tous. Fragile.

« XIV. Mon ami

Je pensais ne plus le voir.
Comme il travaille dans une voilerie, je l’imaginais à la barre d’un navire lancé sur l’océan.
Je l’ai vu apparaître sur la levée à l’heure où s’éteint l’œil rouge des échassiers.
Il a ouvert un flacon de vin et nous avons dîné au grand air, à la lumière d’un feu.
Les vents tournent à l’est, dit-il, c’est bon pour le sel. »

Daniel Morvan, à chaque étape de ces carnets, abordent successivement et subtilement tous les points clés d’une vie, tous les sentiments, les travers et les plus belles qualités de l’humain, l’air de rien. A mon sens, Lucia Antonia, funambule, avec ses allusions à l’autre, au double, à la sœur, à la fois jumelle et différente, à elle-même, fait étrangement échos aux Textes d’Ombre d’Alejandra Pizarnik… et dire qu’il va me falloir le rendre samedi…