Archives du mot-clé Pauline Réage

Histoire d’O – Pauline Réage

81w5zyyryhlJe cherchais de la  « bonne littérature érotique » et Histoire d’O semblait être une référence en la matière. De fait, si le rythme est parfois perturbant pour reprendre un commentaire de Marine au bas de ce billet, le style est à mon goût, cru sans être vulgaire. Les règles de la décence littéraire – ne me demandez pas d’énoncer ces règles ! – sont respectées. La décence-tout-court en revanche est sérieusement bousculée – c’est le principe d’un roman érotique, me direz-vous.

Histoire d’O est un récit choquant pour la place qu’il accorde aux femmes, parce qu’il est écrit par une femme, et par son contenu qui se voudrait érotique et s’apparente bien vite à un film d’horreur. De l’érotisme à la torture, il y a deux mots : sadisme et masochisme. Pauline Réage les poussent à leur paroxysme… et l’ensemble en perd rapidement toute sa dimension érotique. Si le premier chapitre invite le lecteur à développer ses instincts voyeurs, les suivants tournent rapidement en rond et se transforment en étalage sordide de techniques de torture et d’humiliation de plus en plus absurdes… jusqu’à frôler l’ennui. La volonté de choquer certainement efficace dans les années 60 me semble trop grossière pour notre XXIe siècle blasé, et la surenchère SM manque décidément de finesse et de subtilité. Je me suis finalement lassée de ce livre qui a pourtant marqué son époque et les codes du genre… Ne serait-il pas temps justement de renouveler ces codes ?

[N.B. Je retrouve en postface André Pieyre de Mandiargues, écrivain surréaliste parisien, cité à plusieurs reprises dans les correspondances et journaux d’Alejandra Pizarnik.]


Histoire d’O précédé de Le bonheur dans l’esclavage par Jean Paulhan, Retour à Roissy précédé de Une fille amoureuse postface d’A. Pieyre de Mandiargues – Pauline Réage
Pauvert, 2013, 283 p.
Première publication : 1954


Challenges concernés

Challenge Multi-défis 2016 : un livre qui cible l’un des 7 péchés capitaux (luxure)

 

Premières lignes #1

A la suite de George, Estelle, et Moka, je réponds au rendez-vous de Ma lecturothèque et vous recopie les premières lignes de ma lecture en cours.

I
Les amants de Roissy

Son amant emmène un jour O se promener dans un quartier où ils ne vont jamais, le parc Montsouris, le parc Monceau. A l’angle du parc, au coin d’une rue où il n’y a jamais de station de taxis, après qu’ils se sont promenés dans le parc, et assis côte à côte au bord d’une pelouse, ils aperçoivent une voiture, avec un compteur, qui ressemble à un taxi. « Monte », dit-il. Elle monte. Ce n’est pas loin du soir, et c’est l’automne. Elle  est vêtue comme elle l’est toujours : des souliers avec de hauts talons, un tailleur à jupe plissée, une blouse de soie, et pas de chapeau. Mais de grands gants qui montent sur les manches de son tailleur, et elle porte dans son sac de cuir ses papiers, sa poudre et son rouge.

A quel livre correspond cet incipit ? (Surlignez le texte entre crochet avec la souris pour le découvrir) [Histoire d’O – Pauline Réage]