Archives du mot-clé Maurice Leblanc

L’aiguille creuse – Maurice Leblanc

Je prolonge un peu mes vacances normandes en compagnie d’Inganmic par la lecture de cet énième volet des aventures d’Arsène Lupin. C’est aussi l’occasion pour moi de découvrir l’incomparable style de Maurice Leblanc et de m’acclimater progressivement au roman policier.

Le premier point qu’il me semble nécessaire de relever est l’extrême densité de ce court ouvrage, en quelques deux cent pages, j’ai eu le sentiment d’en parcourir le double. Mon temps de lecture était considérablement ralenti, non par manque d’intérêt – bien au contraire – mais pas la multitude de détails décisifs dans le déroulement du récit. La logique déployée par le jeune Isidore Bautrelet, et par l’auteur lui-même, pour aboutir aux conclusions de chaque revirement est admirable de précision. Les matheux.ses parmi vous s’en régaleront ! Si tant est qu’il y en ait quelques-un.es sur la blogosphère littéraire.

Parcourir la France sur les traces d’Arsène Lupin aura été pour moi un véritable délice. Si j’espérais bien retrouver les falaises étretataises et revivre un tant soit peu les douceurs estivales, en revanche, je ne m’attendais pas à ce qu’Arsène Lupin vienne se réfugier dans ma région natale, berrichonne, ni à voir défiler sous mes yeux les noms d’improbables villages que je pensais connus de moi seule et éventuellemen de quelques riverains. Quelle agréable suprise ! Maurice Leblanc maitrise sans conteste la géographie des campagnes françaises dans ses moindres recoins ! Voilà un livre que je recommanderai volontiers à toute la famille, ne serait-ce que pour déambuler en littérature entre Cuzion et Eguzon, Issoudun et Châteauroux, et pour le plaisir évidemment de percer le mystère de l’étrange aiguille creuse dans toute sa profondeur historique – rois de France et Révolution, Romains et ducs normands sont également au programme…

Je ne vous en dit pas plus et vous invite à me suivre :

« Raymonde prêta l’oreille. De nouveau et par deux fois le bruit se fit entendre, assez net pour qu’on pût le détacher de tous les bruits confus qui formaient le grand silence nocture, mais si faible qu’elle n’aurait su dire s’il était proche ou lointain, s’il se produisait entre les murs du vaste château, ou dehors, parmis les retraites ténébreuses du parc.

Doucement, elle se leva. Sa fenêtre était entrouverte, elle en écarta les battants. La clarté de la lune reposait sur un calme paysage de pelouses et de bosquets où les ruines éparses de l’ancienne abbaye se découpaient en silhouettes tragiques, colonnes tronquées, ogives incomplètes, ébauches de portiques et lambeaux d’arcs-boutants. Un peu d’air flottait à la surface des choses, glissant à travers les rameaux nus et immobiles des arbres, mais agitant les petites feuilles naissantes des massifs ;

Et soudain, le même bruit… C’était vers sa gauche et au-dessous de l’étage qu’elle habitait , par conséquent dans les salons qui occupaient l’aile occidentale du château.

Bien que vaillante et forte, la jeune fille sentit l’angoisse de la peur. Elle passa ses vêtements de nuit et prit les allumettes. »


L’aiguille creuse – Maurice Leblanc
Le livre de poche, 1964, 216 p.
Première publication : 1909


Challenges concernés
(cliquez sur les images pour les détails)