Archives pour la catégorie Nouvelles

Dead Boys – Richard Lange

Un soir, en parcourant les différents blogs de lecture que l’on peut trouver sur le net, j’ai découvert Bob ! Ou plus précisément Blog-0-Book, le marque-page des blogueurs qui veulent savoir qui lit quoi. Il s’agit d’un blog recensant les articles des blogs de lecture portant sur un même livre. Ce blog a acquis suffisamment de renommée dans le milieu pour avoir été contacté par des éditeurs qui veulent faire connaître leurs livres. Le principe est le même que Masse Critique de Babelio, j’avais déjà publié un billet à ce propos ici. Un lecteur-blogueur reçoit un livre qu’il commente ensuite librement sur son blog.

Avec Blog-O-Book, la thématique est le Festival America, et le livre que j’ai choisi est Dead Boys, un recueil de nouvelles écrites par Richard Lange et traduites par Cécile Deniard. Pour moi c’est une découverte. Je ne suis habituée ni à la littérature américaine ni aux nouvelles. Enfin j’exagères, j’ai déjà lu un recueil de Ray Bradbury, j’en parlais déjà ici. Et bien, une fois encore, Dead Boys est une très agréable surprise. Je me suis facilement laissée emporter par ces histoires de lascars vivant à Los Angeles : entre le mari braqueur dont la femme ignore tout, l’acteur raté, le toxicomane paranoïaque, etc. Des pommés, des loosers, diront certains…Des individus que l’on découvre, un envers du décor mis à jour, on se surprend à s’attacher aux personnages. L’auteur dévoile dans chaque nouvelle un morceau de vie, une étape charnière, un basculement, une transformation de ces destins apparemment fichus, minuscules, et en même temps grandioses parce qu’inconnu jusqu’alors. Les choses ont l’importance qu’on leur accorde et chacun de ces destins fictifs m’a semblé important le temps d’une lecture.

J’ai beaucoup apprécié lire les textes de Richard Lange en français et je suis maintenant curieuse de lire la version originale américaine. Encore un auteur qui me donne envie de lire l’anglais…Ce n’est pas anodin !

Nouvelles – Ray Bradbury

Nouvelles - Ray Bradbury

Me voilà devant la bibliothécaire de la médiathèque Ceccano.

– « Vous n’auriez pas des ouvrages en VO s’il vous plait pour travailler l’anglais ? »

Et me voilà avec cette édition bilingue des Nouvelles de Ray Bradbury. Je prends le livre du bout des doigts. Ça devrait faire l’affaire mais j’avoue que ça me coûte : l’anglais c’est pô trop mon délire…Mais il faut s’y mettre et m’y voilà ! Et que vous le croyez ou non, je l’ai aimé ce bouquin !! D’abord, j’ai apprécié avoir les deux versions du texte en français et en anglais. C’est un excellent moyen d’acquérir du vocabulaire et puis ça évite de décrocher complètement si jamais le texte anglais s’avère trop compliqué. Et puis on peut comparer rapidement notre compréhension du texte anglais à sa traduction française…ça rassure un peu. Mais au-delà de la méthode d’apprentissage, je me suis surprise à aimer lire en anglais, à repérer les jeux de mots (merci les notes de bas de page!), à trouver la version française fade…La traduction française ne reflète pas l’humour et les jeux de mots de la version originale. Bradbury se lit vraiment facilement et ses textes savent nous tenir en haleine.  J’apprécie l’originalité de ses nouvelles extraites de certains de ses recueils les plus connus : Les Chroniques martiennes, Les pommes d’or du soleil ou encore L’homme illustré. Qui aurait pensé décrire avec autant de précisions la folie qui envahit des hommes « prisonniers » de la pluie ? Ou l’expérience de ses terriens fraîchement débarqués sur une nouvelle planète ? Chacune de ses nouvelles ne manque pas d’originalité et chacune m’a surprise et transportée à sa façon dans un autre univers.

Voilà donc un auteur que je vous recommande chaudement et j’espère bien avoir l’occasion de lire d’autres de ses oeuvres entièrement en anglais et dans leur version complète.