2015 est derrière moi…

En ce 2 janvier 2016, l’heure est venue de reprendre mes déjà-presque-vieux carnets de lecture et de faire le point sur les plus marquantes. Autant vous l’avouer de suite, le choix est difficile parmi les 84 livres lus cette année, je compte 33 romans, 14 récits biographiques, 9 essais, 2 ouvrages de littérature érotique, 6 bandes dessinées, 13 recueils de poésie, 3 pièces de théâtre et 4 recueils de nouvelles. 71 de ces ouvrages ont été (ou vont être très prochainement) commentés sur le blog… J’ai effectivement du retard dans mes chroniques. J’ai tant bien que mal extrait 15 titres de cet ensemble que je peux qualifier de lectures remarquables (ma première sélection en comptait presque le double…).

Si j’ai régulièrement lu de la poésie en 2015, ce genre est beaucoup moins présent cette année dans mes coups de cœur. Je retiens un titre découvert à la charnière 2014 – 2015 qui avait échappé de justesse, pour des raisons chronologiques au bilan de l’année passée. Il s’agit de Textes d’Ombre d’Alejandra Pizarnik, une poétesse argentine que j’ai grand plaisir à relire à et conseiller à qui s’intéresse au genre.

131

2015 est également l’année où je me suis (re-)plongée dans la littérature érotique. Avec seulement deux titres à mon actif, j’en propulse toutefois l’un des deux dans cette liste de coups de cœur, il s’agit du recueil de nouvelles d’Anaïs Nin, Venus Erotica, j’espère continuer à lire cette auteur en 2016.

41lnjogwdcl-_sx307_bo1204203200_

La littérature d’Europe de l’Est, ensuite, est à l’honneur avec quatre auteurs. Bohumil Hrabal pour la République Tchèque avec Une trop bruyante solitude,  publié et censuré  sous l’ère communiste, retrace le quotidien d’un ouvrier comprimé par l’autoritarisme nazi. Grâce à Sandrine du blog Tête de lecture et à ses rendez-vous autour de l’émission l’Europe des écrivains diffusée sur Arte, j’ai pu être initiée à la littérature roumaine à travers les écrits de Mircea Cărtărescu. Entre les deux ouvrages que j’ai lu, Orbitor et le recueil de nouvelles Pourquoi nous aimons les femmes, je suis absolument incapable de choisir ! Toujours à l’Est, du côté de la Pologne cette fois, je vous recommande chaudement Les neiges bleues dont je dois à nouveau la découverte à Sandrine (oh merci, merci !). J’ai d’ailleurs repéré ce titre, ce matin même dans la pile à lire de Jérome. Jérome, si tu lis ce bilan, tu sais ce qu’il te reste à faire. 😉
Pour pousser encore un peu notre voyage vers l’Est, je me dois de vous parler d’un auteur russe déniché sur Babelio, il s’agit de Leonid Andreïv dont l’énoooooorme recueil de nouvelles Le gouffre (et autres récits) est absolument sidérant de finesse, de tendresse, et dans le même temps de solitude et d’angoisse. Parfait pour les âmes malmenées.

Pour continuer sur la littérature étrangère, les Etats-Unis, l’Angleterre, la Colombie, et l’Inde sont également au rendez-vous de mes plus belles lectures 2015. Tout d’abord avec le classique Moby Dick, relu avec un très grand plaisir dans le cadre d’une lecture commune avec Aaliz, tristement absente de la blogosphère depuis le mois d’août dernier. Cartographie des nuages, peut-être plus connu sous le nom de son adaptation cinématographique Cloud Atlas, est un roman choral absolument impressionnant à la fois par son récit et par la maîtrise stylistique de l’auteur David Mitchell. Je ne l’ai pas encore fait, mais je ne désespère pas de vous commenter le monumental Cent ans de solitude de Gabriel García Márquez. Plus discret et extrêmement sensible, j’ai également envie de citer ici Le toit de tôle rouge de Nirmal Verma, conseillé par Marine.

L’équilibre entre littérature française et étrangère est maintenu puisque sur les 84 ouvrages lus, 41 ont été écrits par des français contre 43 par des auteurs étrangers (tous pays confondus). Malgré tout, pour la France, je ne retiens cette année que 3 livres (contre 6 en 2015). Les trois m’ont été conseillé par mon ami et libraire Julien. Il déteste que je le cite sur ce blog mais dans la mesure où il est également à l’origine de mes lectures d’Une trop bruyante solitude, de Cartographie des nuages, de Cent ans de solitude et de très nombreux autres excellents titres dont vous retrouverez mes avis en cliquant sur le tag « Julien », il est difficile de s’abstenir de le nommer. Pour en revenir à la littérature française, Julien est l’une des rares personnes à savoir me persuader de lire des polars et romans noirs. Cette année particulièrement, il m’a convaincue et complètement bluffée avec un livre d’Anne-Catherine Blanc, qu’il a par ailleurs largement défendu à Quais du polar, Les chiens de l’aubeDans un tout autre registre, il m’a offert un livre que je n’ai pas encore commenté – pour cause de trop grande implication personnelle dans ma lecture -, L’invisible dehors : carnet islandais d’un voyage intérieur de Pierre Cendors. Je n’ai jamais lu de récit de voyage aussi intime et aussi riche dans la description d’un espace intérieur. Le troisième livre écrit par un auteur français est un essai de Nicolas Cavaillès, Le saut des baleines, une apologie de l’absurde et de la liberté écrit dans une langue extrêmement technique, un ouvrage absolument hallucinant et hors norme que je vous invite à découvrir à votre tour.

Pour clore cette liste de coups de cœur 2015, j’intègre pour la première fois un roman graphique dont je vous parlais pas plus tard que la semaine dernière, Le piano oriental de Zeina Abirached.

liv-8520-le-piano-oriental

Enfin, et avant de vous laisser avec le bilan statistique de WordPress, je remercie les commentateurs réguliers de ce blog : Alex, Jérome, Alison qui s’est malheureusement pour nous retirée de la blogosphère, Anne et Chapitre Onze. Je remercie également les personnes plus discrètes mais avec lesquelles les échanges littéraires ne  sont pas moins riches sur le web et souvent ailleurs : Mina, Cyve, Lili, Mior dont le blog est en berne, Valentyne, Marilyne dont la présence sur Lire et merveilles me manque aussi,  Sandrine, Marine, Aaliz dont le retour sur la blogosphère ne tardera pas trop je l’espère, Maman, Kamila, Julien, Rita, Marina, Vanessa… et puis les silencieux qui passent ici sans le dire et y trouve peut-être quelque chose pour eux.

Je vous souhaite à tous une belle année 2016 !

Et laisse place aux lutins de WordPress et à leur rapport annuel. 😉

En voici un extrait :

Le Concert Hall de l’Opéra de Sydney peut contenir 2 700 personnes. Ce blog a été vu 12 000 fois en 2015. S’il était un concert à l’Opéra de Sydney, il faudrait environ 4 spectacles pour accueillir tout le monde.

Cliquez ici pour voir le rapport complet.

Publicités

25 réflexions au sujet de « 2015 est derrière moi… »

  1. jimmy

    Je fais partie des silencieux qui passent sur ton blogue mais j’en profite pour te souhaiter à toi aussi une très belle année 2016 et te dire que je suis heureux d’avoir découvert ton blogue (cette année). Merci pour cette belle liste et à bientôt…

    J'aime

    Répondre
  2. Valentyne

    Bonjour Moglug

    Un très beau bilan qui donne envie de souligner deux des livres que j’avais déjà noté sur ton blog : « cartographie des nuages » et « les neiges bleues » 🙂

    Quant à Venus Erotica , je l’ai trouvé dans une brocante le mois dernier … T’a plus qu’à…
    Bonnes lectures en 2016 🙂

    Aimé par 1 personne

    Répondre
    1. Moglug Auteur de l’article

      Génial, ça me fait plaisir que tu aies déjà noté certains de ces titres, j’espère que tu trouveras l’occasion de les lire et qu’il te plairont ! Bonne lecture pour Venus Erotica, en espérant qu’il te plaise autant qu’à moi ! 😀

      J'aime

      Répondre
  3. Mina

    Bonne année, Moglug ! Tu as lu de façon très diversifiée cette année, c’est intéressant : je retiens personnellement tes lectures de l’Est, je reviendrai à l’occasion chez toi les consulter. J’aimerais vraiment poursuivre mes lectures de ce côté de l’Europe. Je ne commente en effet pas tant que ça, mais j’apprécie nos échanges et les idées que j’ai pu noter grâce à toi (je te dois une des lectures marquantes de 2015).

    Aimé par 1 personne

    Répondre
    1. Moglug Auteur de l’article

      Bonne année à toi aussi Mina ! En effet, je n’ai pas lu pendant plusieurs années, et je suis dans une phase de découverte de la littérature sous toutes ses formes depuis 2 ou 3 ans qui explique la diversification de mes lectures. Les auteurs d’Europe de l’Est sont récurrents dans mes lectures depuis l’an dernier, souvent sur les conseils de Julien dont je parle dans l’article. En 2014, j’avais plutôt relevé des auteurs russes, allemand et autrichien. Je ne commente pas souvent non plus mais j’apprécie d’autant plus nos échanges. J’ai vu tout à l’heure sur Bavardages que tu avais noté Gioconda, ça m’a fait plaisir, c’est un très beau livre. Je me souviens d’ailleurs que tu m’avais conseillé Kosmas Politis dans le même esprit, je ne l’ai toujours pas lu mais je n’ai pas oublié !

      J'aime

      Répondre
  4. Lili

    Voilà une belle année écoulée ! Je me rappelle avoir tenté « Moby Dock » sur ton inspiration mais ce fut un échec pour moi. Il n’empêche que je retiens à nouveau « Le vieil homme et le mer » que je lirai sous peu et « Cartographie des nuages ». Comme tu es une des rares blogueuses avec qui je partage la lecture de la poésie, je te conseille Antoine Wauters en général et « Sylvia » en particulier : un vrai bijou belge !
    Je te souhaite une nouvelle année tout aussi belle et éclectique en lectures !

    J'aime

    Répondre
  5. Mind The Gap

    J’avoue ne connaître quasiment aucun auteur dans ta sélection. Enfin, la seule fois où j’ai essayé de lire un livre érotique c’était Anaïn Nin, et j’ai pas dépassé 50 pages. Je vais essayer en 2016 un autre titre repéré sur un blog mais pas de cette auteur.

    J'aime

    Répondre
  6. sous les galets

    Force est de constater que ton bilan est bien plus ouvert et éclectique que le mien. Je m’interroge du coup sur mes horizons littéraires, car effectivement, je m’aperçois que je lis un peu par facilité, prenant des sujets assez proches de moi et de mes préoccupations. Je note tes auteurs est-européens, je reste assez hermétique à la poésie donc je n’insiste pas, en revanche, la littérature érotique, si elle échappe à une certaine vulgarité me plait la plupart du temps.
    Très beau bilan Moglug.

    J'aime

    Répondre
    1. Moglug Auteur de l’article

      Merci beaucoup pour ton message Galéa. Comme je l’expliquais à Mina un peu plus haut, je suis dans une phase de découverte de la littérature qui explique un peu l’éclectisme de mes lectures. Mon bilan n’aurait pu reprendre qu’un certain type de littérature plus marquant que les autres – c’est un peu le cas avec les auteurs d’Europe de l’Est – mais globalement, je trouve mon bonheur dans des genres très variés. Mes goûts s’affineront probablement avec le temps. En tout cas je l’espère : ce grand écart permanent de la poésie à la BD, de l’essai à la littérature érotique n’est pas toujours très confortable. J’aimerais être capable de cibler un univers littéraire et de l’approfondir.

      J'aime

      Répondre
  7. Chapitre Onze

    Sympa ton bilan.
    Malheureusement je n’avais de blog quand j’ai lu Cent ans de solitude. C’est peut-être une occasion pour le relire. Je l’avais tellement aimé !
    Et merci pour tes remerciements, c’est toujours un plaisir de venir te lire 🙂

    Aimé par 1 personne

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s