Le toit de tôle rouge – Nirmal Verma

Conseillé par mon amie Marine, j’ai eu un peu de mal à dénicher ce livre de Nirmal Verma, auteur indien s’exprimant en hindi, et finalement trop peu traduit en français.
Immédiatement, je suis agréablement surprise par le style à la fois descriptif et introspectif de l’auteur, puis par les thématiques abordées : point de violence, point de militantisme féministe, ni d’ambiance Bollywood ou de bidonvilles…Clichés trop récurrents à mon goût de la littérature indienne.

L’histoire se déroule dans un village de montagne du nord de l’Inde, résidence d’été de travailleurs urbains. L’hiver, il y fait froid. On y suit les jeux d’enfants de Kaya et de son frère cadet Tchoté. Progressivement, le récit se focalise sur la fillette et sur les étapes qui la mèneront à l’âge adulte. Lent et contemplatif, ce roman me rappelle, dans un tout autre contexte, ceux de Marlen Haushofer. Il laisse transparaître avec justesse et sensibilité la mutation intérieure de l’enfant vers la femme, confrontée à la découverte de l’altérité, du deuil, de la maternité, de la naissance, du rapport au père, du départ – le sien et ceux de ses proches -, de l’amour, de la vieillesse, de l’affirmation de soi…

Une très belle découverte en somme et un auteur que je n’ai pas fini de lire. 😉


Le toit de tôle rouge – Nirmal Verma et Gill Gagan
Traduit du hindi par Annie Montaut et François Auffret
Actes Sud, 2004, 272 p.


Publicités

18 réflexions au sujet de « Le toit de tôle rouge – Nirmal Verma »

    1. Moglug Auteur de l’article

      Je l’ai emprunté en bibliothèque, une bibliothèque de quartier minuscule où je n’étais jamais allée avant. Bon je sais ce n’est pas le titre que tu m’avais conseillé, mais je n’ai trouvé que celui-ci de Nirmal Verma disponible à Lyon en français.

      J'aime

      Répondre
  1. Marine

    Oui, c’est dommage que si peu de ses bouquins soient traduits en francais… Je sais qu’il en a aussi ecrit un sur Prague ou il a sejourne juste a la fin de la Revolution de Velours je crois… Mais je ne sais meme pas si celui-ci est traduit en anglais…
    Ton article me rappelle aussi que tu m’avais conseille Marlen Hausofer, il faut que je me bouge et que je fasse une commande Amazon bientot… surtout que la je n’ai plus rien a lire !

    J'aime

    Répondre
    1. Moglug Auteur de l’article

      Oh noooooooooon pas Amazon… Enfin je comprends qu’à Prague tu n’ais pas trop le choix 😦 Ma sœur aussi m’a demandé de lui prêter Le mur invisible… Il faut que je le retrouve pour la semaine prochaine…

      J'aime

      Répondre
    2. indianerrant

      Hi Marine,

      Yes, the book you mention is « Ve Din » translated as Days of Yearning ». Penuin India recently reprinted 3 of Verma’s books in beautiful paperbacks, including this one!

      Cheers,
      Kush

      J'aime

      Répondre
  2. Anonyme

    Salut Magali, Welcome to the world of Nirmal Verma! Marine a partage ce link avec moi. I’m so glad you enjoyed reading « Le Toit..  » Quite a pity most of his works remain largely untranslated even in Indian languages, let alone foreign ones. All his novels at least have luckily been translated into English. I highly recommend reading « The Last Wilderness » which is my personal favourite! (Marine is reading it currently I believe).

    I’d also recommend checking out Krishna Baldeb Vaid and Sachchidananda Hirananda Vatsyayan « Agyeya » who were also outcasts in the world of Hindi literature, much like Verma himself. Genius authors!

    Cheers from India,
    Kushal

    J'aime

    Répondre
  3. indianerrant

    Salut Magali, Welcome to the world of Nirmal Verma! Marine a partage ce link avec moi. I’m so glad you enjoyed reading « Le Toit..  » Quite a pity most of his works remain largely untranslated even in Indian languages, let alone foreign ones. All his novels at least have luckily been translated into English. I highly recommend reading « The Last Wilderness » which is my personal favourite! (Marine is reading it currently I believe).

    I’d also recommend checking out Krishna Baldeb Vaid and Sachchidananda Hirananda Vatsyayan « Agyeya » who were also outcasts in the world of Hindi literature, much like Verma himself. Genius authors!

    Cheers from India,
    Kushal

    J'aime

    Répondre
    1. Moglug Auteur de l’article

      Hi Kushal ! Thank you for your message and your reading’s advice. I’m not reading books in english but… maybe i will try if it’s the only way to discover « The last wilderness » 😀

      Aimé par 1 personne

      Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s