L’archéologue – Philippe Beaussant

En déambulant entre les étals de la librairie Passages, à la recherche du Bleu est une couleur chaude, mes yeux se sont arrêtés sur le mot du libraire accompagnant L’archéologue de Philippe Beaussant. Accroche-regard nécessaire pour une couverture plutôt neutre, voire insignifiante (cf. image jointe). Accroche ambitieuse aussi puisque le libraire en question n’hésitait pas à utiliser le terme de « chef-d’œuvre » pour qualifier ce tout petit livre. Mot valise ou véritable perle ? J’ai choisi de faire confiance au libraire en espérant qu’il n’abuse pas trop du poids de certains mots.

Ce court récit se présente comme le long monologue d’un architecte, devenu archéologue. Mortellement blessé, il revient sur les souvenirs marquants de son existence, essentiellement des rencontres faites au quatre coins du monde, au détour de l’une ou l’autre mission archéologique, rencontres-témoins de l’évolution des civilisations qu’il étudie, ou traces inaliénables de la constance de la nature humaine. Les grandes questions de l’humanité sont abordées, finement et concisément, en s’appuyant sur ces événements fondateurs d’une vie : la mort, l’amour, l’art, la musique, l’architecture, la chute ou le salut, le sens de l’existence, la condition humaine.

Je ne sais pas encore exprimer ce que je cherche en littérature mais il est évident que je l’ai retrouvé ici. Une amorce de réponse au sens de la vie, sans doute, là où Kafka, Sartre ou d’autres Camus pointeraient l’absurde pour me laisser désemparée. J’ai lu L’archéologue de Philippe Beaussant après avoir terminé la Légende des siècles. Victor Hugo est l’un des mes auteurs fétiches et il m’est souvent difficile d’enchaîner sur une lecture  « à la hauteur » lorsque je referme l’un de ses livres. A l’échelle de mon panthéon littéraire, L’archéologue et L’homme qui rit s’accommodent volontiers du même barreau, et plutôt dans les étages supérieurs.

Véritable chef-d’œuvre et point de mot-valise aujourd’hui ! Il est parfois bon de suivre les conseils de nos libraires 😉

Cette chronique relève également de ma participation au Challenge ABC Critiques de Babelio.

Publicités

16 réflexions au sujet de « L’archéologue – Philippe Beaussant »

  1. Lili

    Ahhhh la librairie Passages ❤
    Très franchement, ce livre ne m'aurait pas attiré de prime abord (comme tous les bouquins de cette collection d'ailleurs, je n'aime pas les couvertures et la typo) mais comme souvent, tu réussis malgré tout à me convaincre 🙂

    J'aime

    Répondre
    1. Moglug Auteur de l’article

      Dans la même collection j’ai lu Lettres à une amie vénitienne de Rainer Maria Rilke. Franchement, il ne faut pas se fier aux apparences, ce livre est aussi un vrai petit bijou 😉

      J'aime

      Répondre
  2. Cyve

    Yes, une merveille de petit bouquin. Une petite perle, qui, comme beaucoup de trésors, sont souvent enfouis pour passer inaperçus… Heureusement tu as des libraires qui déterrent les trésors!

    J'aime

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s