Le Prophète – Khalil Gibran

Le Prophète – Khalil Gibran

J’ai découvert ce petit ouvrage par hasard, le week-end dernier, sur le présentoir à l’entrée d’une petite librairie ésotérique du quartier Saint Jean à Lyon. Pour quelques euros à peine, j’empochais 3 petites merveilles : La Création du monde et le Temps de Saint Augustin, L’esprit de l’aïkido de Kisshômaru Ueshiba et Le Prophète de Khalil Gibran. Le soir même, chaudement recroquevillée au fond de mon canapé, j’ouvrais Le Prophète. Je ne me suis arrêtée que pour allée dormir. Au réveil, un café à la main, je reprenais avidement la lecture de ce petit ouvrage, et le terminais avant midi. Autant dire que je me suis totalement immergée dans les propos de ce prophète, dégustant chaque vers, et m’émerveillant à la fin de chaque chapitre ;  ne m’arrêtant que pour mieux savourer les dernières lignes.

Le Prophète se lit très facilement et rapidement. Les phrases courtes et synthétiques vont directement à l’Essentiel. Le prophète s’apprête à quitter sa terre d’accueil pour rentrer dans son pays. Avant qu’il ne parte, les habitants  d’Orphalèse viennent le questionner sur tout ce qui constitue la vie. Ainsi, chacun leur tour il l’interroge sur l’amour, le mariage, les enfants, le don, le boire et le manger, le travail, la joie et la peine, les maisons, les habits, l’achat et la vente, le crime et le châtiment, les lois, la liberté, la raison et la passion, la souffrance, la connaissance de soi, l’enseignement, l’amitié, le verbe, le temps, le bien et le mal, la prière, le plaisir, la beauté, la religion, et la mort. Les réponses sont limpides sans jamais être simplistes. Les mots utilisés sont incroyablement justes, comme s’ils témoignaient d’une certaine Vérité.

Je ne peux pas vous citer d’extrait ici, je suis incapable de choisir un passage plutôt qu’un autre. Le texte est librement accessible en ligne ici.

Publicités

6 réflexions au sujet de « Le Prophète – Khalil Gibran »

  1. Elise B

    Synchronicité et sérendipité, c’est ce qui m’amène à lire les pages de ce blog en long et en large.
    Partie d’une recherche sur Jung, qui m’inspire actuellement, je m’aperçois que plusieurs sujets sont en parfaite adéquation avec mes méditations actuelles. J’y retrouve mes passions des symboles (serpents, Shakti, cakra, pas plus tard qu’hier j’utilisais une des citations d’Einstein dans une correspondance…), l’aïkido, bref beaucoup de synchronicité.
    Merci de ce partage.
    Et une question, as-tu pratiqué sur les tatamis Picards (ST-Quentin, Laon, Reims, Amiens)?
    Bonne continuation
    Elise

    J'aime

    Répondre
    1. moglug Auteur de l’article

      Bonjour Elise,
      En effet, j’ai pratiqué quelques mois en début de saison dernière à Saint-Quentin et j’y suis retournée pour un stage en mars 2012… On se connait ?
      Merci pour ton message.

      J'aime

      Répondre
      1. Elise B

        Bonjour,
        oui oui nous avons pratiqué ensemble (cours de Dom) à Laon et au cours de 2 stages à Reims et à Amiens peut être… J’ai fait le rapprochement avec l’aïkido, ton voyage en Inde et ton lien sur la biblio de St Quentin.
        Tu pratiques toujours?
        A un de ces jours peu être sur les tatamis, qui sait?

        J'aime

        Répondre
  2. JaneEyre

    J’ai lu un extrait de ce livre dans mon carnet de préparation au mariage (protestant), qui décrivait le couple comme deux piliers qui soutiennent un toit: chaque pilier est un membre du couple et le toit représente la famille/le travail/la vie de couple en général. Il faut que chaque membre du couple laisse de l’espace à l’autre pour que le bâtiment soit equilibré, car si les deux piliers sont trop proches, ils ne peuvent plus soutenir le toit… J’ai trouvé le texte tres beau et tres vrai, depuis je louche sur le livre :)…

    J'aime

    Répondre
    1. Moglug Auteur de l’article

      C’est un très beau texte en effet. Je connais quelqu’un qui a choisi qu’un extrait soit lu pour son mariage (probablement le même extrait d’ailleurs 😉 ). C’est un livre qui se lit très vite et que tu trouveras facilement je pense en librairie ou bibliothèque (dans mon souvenir il
      n’était pas très cher). Ne t’en prives surtout pas !

      J'aime

      Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s