Yi King – Richard Wilhelm (trad.)

Le Yi King

Le Yi King ou Le livre des transformations est un des ouvrages fondateurs de la philosophie chinoise. Certains vous diront qu’il s’agit d’un livre divinatoire…qui prédit l’avenir. Je ne dirais pas cela. A mon sens, il faut voir le Yi King comme un manuel de sagesse amélioré. Vous posez une question, lancez 6 fois les pièces et lisez la réponse : un avis sur une situation donnée à un moment donné. A vous de le suivre ou pas, de l’accepter ou pas. Le lancé de pièces qui tombent sur pile ou face vous permet de déterminer des chiffres qui correspondent eux-mêmes à des traits pleins ou divisés. La combinaison de ces 6 traits correspond à l’un des 64 hexagrammes du Yi King. Chaque hexagramme est chargé d’un message qui lui est propre. Wikipédia est une source fiable et neutre pour mieux comprendre ce qu’est le Yi King.

Un exemple d'hexagramme

C’est un ami qui m’a recommandé ce livre. D’abord sceptique, j’avoue m’être rapidement laissée embarquer dans la subtilité de la pensée chinoise. Certains vous diront que les textes sont tellement obscurs que l’on y voit la réponse que l’on veut…Peut-être mais je n’en suis pas certaine. D’autres vous diront qu’il s’agit d’une affabulation guère plus crédible que l’horoscope de votre journal quotidien…Alors là je proteste ! Que vous croyiez ou pas à ses enseignements, n’oubliez pas que le Yi King est un texte ancien à la base du confucianisme. Et pour cette simple raison, pour son caractère historique, il mérite qu’on lui prête attention, ne serait-ce que pour mieux appréhender la philosophie chinoise. Et puis il y a aussi le plaisir de lire et la beauté du texte :

« Lorsque l’eau s’est écoulée vers le bas, le lac se dessèche et se tarit. Tel est le destin. C’est l’image du sort adverse dans la vie humaine. A de telles époques, il n’y a rien d’autres à faire que d’assumer son destin et de demeurer fidèle à soi-même. C’est la couche la plus profonde de l’être personnel qui est ici visée, car elle seule est au-dessus de toute destinée extérieure »

Un autre critère  qui me fait aimer ce livre est l’amitié entre Richard Wilhelm, le traducteur, et Carl Gustav Jung (encore lui). Vous connaissez mon admiration pour ce dernier. Jung a également contribué à la diffusion du Yi King en Occident et s’est beaucoup intéressé à ce livre. Il écrit d’ailleurs à ce propos :

« Je sais que je n’aurais pas osé, dans le passé, m’exprimer de façon aussi explicite en une matière aussi incertaine. Je prends ce risque parce que je suis maintenant dans ma huitième décennie et que les opinions changeantes des hommes ne m’impressionnent plus : les pensées des vieux maîtres ont pour moi plus de valeur que les préjugés philosophiques de l’esprit occidental. »

Il y voit notamment une représentation concrète du phénomène de synchronicité. Je me méfie toujours un peu de ces ouvrages qui prétendent plus ou moins vous ouvrir les portes de votre subconscient…Les dérives sectaires sont si faciles. Les écrits de Jung sur le Yi King, je pense au Commentaire sur le mystère de la fleur d’or essentiellement, me rassure sur la confiance que je peux y accorder.

Toutefois Carl  Gustav Jung vous prévient :

«D’un bout à l’autre de l’ouvrage, le Yi King insiste sur la connaissance de soi. La méthode suivant laquelle ce résultat doit être obtenu ouvre la voie à toutes sortes d’abus, et elle n’est donc pas faite pour des esprits frivoles ou manquants de maturité ; elle n’est pas non plus destinée aux intellectualistes et aux rationalistes. Elle ne convient qu’à des gens de pensée et de réflexion qui aiment à méditer sur ce qu’ils font et sur ce qui leur arrive, tendance qu’il ne faut pas confondre avec la rumination morbide de l’hypocondriaque.»

Publicités

2 réflexions au sujet de « Yi King – Richard Wilhelm (trad.) »

  1. Jacques Warin

    Bonjour,
    Avez-vous lu et approfondit les pages 392 à 402 du livre de R.Wilhelm?
    Aimeriez-vous qu’on en parle?
    Je suis entrain de réaliser mon dernier livre sur l’interprétation du Yi king et j’aimerai pouvoir échanger sur ce sujet avec des pratiquants chevronnés ou non.
    Merci de me répondre
    Jacques auteur d’ouvrages sur le Yi king

    J'aime

    Répondre
  2. Ping : La pensée chinoise – Marcel Granet | Synchronicité et Sérendipité

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s